Prescription d’Activité Physique à Biarritz : Premier Bilan

Prescription d’Activité Physique à Biarritz : Premier Bilan

Six mois après avoir lancé l’expérimentation de prescription d’activité physique à Biarritz, voici un premier bilan quantitatif et qualitatif réalisé à l’occasion des 6èmes Rencontres de Biarritz qui se sont tenues au Bellevue.

La Ville de Biarritz, en partenariat avec la Société Française de Médecine de l’Exercice et du Sport, a accueilli vendredi 11 décembre 2015 à l’Espace Bellevue les 6èmes Rencontres de Biarritz, organisées par l’association Biarritz Sport Santé : une journée ouverte au public réunissant experts et spécialistes français du Sport Santé pour débattre des enjeux et des problématiques liés à la pratique régulière d’une activité physique.

Ces 6èmes Rencontres ont été l’occasion de dresser un premier bilan encourageant de 6 mois d’expérimentation de la prescription d’activité physique (récemment intégrée à la Loi Santé) sur le territoire Biarritz – Côte Basque pour toute personne sédentaire, présentant ou non une pathologie chronique.

Lancé en mai dernier, le projet pilote devait être testé pendant 6 mois auprès d’une vingtaine de médecins prescripteurs de Biarritz et des environs, ayant suivi une formation DPC (développement professionnel continu) particulière, et volontaires pour évaluer le degré de sédentarité de leurs patients et les inciter à pratiquer une activité physique en les orientant auprès d’éducateurs médico-sportifs de Biarritz Sport Santé et d’éducateurs de 10 associations partenaires, également formés spécifiquement à cet effet.

Chaque bénéficiaire se voyait remettre un podomètre et un Pass’sport Santé pour suivre les activités proposées pendant les 12 semaines du programme ; un volet nutrition mis en œuvre par l’espace Santé Active de la CPAM complétait le programme*.

Des résultats encourageants :

Voici d’abord quelques données chiffrées qui ressortent de l’expérience-pilote :

-135 prescriptions d’activité physique ont été délivrées par 23 médecins exerçant dans 5 communes (Biarritz, Anglet, Bayonne, Bidart et Arbonne) entre juin et novembre 2015.

-80 % des bénéficiaires ont intégré le dispositif de Sport sur Ordonnance ; 20 % n’ont pas encore donné suite (ce qui ne veut pas dire qu’ils n’intégreront pas le dispositif à retardement). 82 % des bénéficiaires ont eu droit à une évaluation au sein de Biarritz Sport Santé. 18 % ont été orientés directement par leur médecin vers une association sportive partenaire.

-Parmi les bénéficiaires pris en charge par Biarritz Sport Santé (BSS), on recense 69 % de femmes et 31 % d’hommes. L’âge moyen des bénéficiaires était de 54.7 ans.

-15 activités* ont été proposées au sein de 10 associations sportives partenaires encadrées par 12 éducateurs formés au sport santé.

Fait important : les premiers bénéficiaires orientés par BSS qui ont terminé leur programme de 12 semaines, ont tous repris durablement une activité physique dans une association sportive partenaire.

21% des bénéficiaires ont assisté à un entretien individuel avec une diététicienne de l’espace Santé Activité de la CPAM.

Les données disponibles au terme des six mois d’expérimentation ont aussi donné lieu à une évaluation qualitative conduite et présentée par le Docteur Sylvie Maurice, de l’ISPED (Institut de Santé Publique, d’Epidémiologie et de Développement de l’Université de Bordeaux). Le docteur Sylvie Maurice a été associée à la rédaction du cahier des charges et à la mise en œuvre de l’action pilote. Elle a procédé à son évaluation qualitative notamment en s’appuyant sur le travail de thèse de médecine en cours par Julie Pitarch sur le ressenti des médecins avant le démarrage de l’expérimentation et à son issue. Cette évaluation a également porté sur le fonctionnement du dispositif de Biarritz et sa pertinence.

Il en ressort que :

A priori (juin 2015), les médecins :
– Pratiquent régulièrement une activité physique ;
– Bénéficient de peu de formation [universitaire] sur l’activité physique ;
– Conseillent oralement, faute de support ;
– Ont rarement des patients uniquement sédentaires sans pathologie associées.

A posteriori (novembre 2015), les médecins :
– Le suivi par Biarritz Sport Santé est déterminant dans l’observance de la prescription d’activité physique ;
– Ils ont été parfois surpris de l’adhésion des patients au dispositif ;
– Pour que la prescription aboutisse, il y a un équilibre à trouver sans intrusion ni contrainte pour le patient.

Les médecins apprécient le dispositif d’accompagnement mis en place par Biarritz Sport Santé et l’offre des associations sportives partenaires. Ils insistent sur l’importance de diffuser l’information et de développer des supports de communication pour les confrères et les patients (affiches dans les salles d’attente, Pass’Sport Santé, etc.)

Un des médecins prescripteurs du dispositif s’exprime : « C’est le patient qui se met en scène, qui est acteur. Ce qui est sûr c’est qu’ils sont énormément séduits par la démarche, et le fait que ce soit présenté par un médecin, qu’on leur remette un podomètre, un passeport santé, c’est très motivant, et c’est très bien reçu. »

Voir dans ce film comment la prescription d’activité physique sur ordonnance se réalise :

*Une variété d’activités sont proposées aux bénéficiaires du « sport sur ordonnance » : Marche nordique, Aquagym, Pilates, Renforcement musculaire, Gym douce, Surf, Stand Up Paddle, Randonnée pédestre, Marche Active, Gym active, Qi gong, Karaté traditionnel et Marche aquatique.

Le programme coûte aux bénéficiaires 10 euros pour 12 semaines (gratuit pour ceux bénéficiant de la CMU). Biarritz Sport Santé prend en charge les 25 euros de la consultation d’évaluation du médecin et les 40 euros sur les 50 euros versés au club adhérent grâce au partenariat de Chèque Santé et du Groupe Pasteur Mutualité.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

2 commentaires

  1. je ne sais pas comment fait le club de karaté traditionnel car la FFKAMA oblige à la prise de la cotisation fédérale pour TOUS et elle est à 180€/an (+ la région + le département + la filière spécialisée s’il y a lieu), je pense que le club de les déclare pas et il se met dans l’illégalité (et mets donc ses adhérents dans l’illégalité).

  2. Votre vision du projet et votre parcours est un exemple pour toute la France.

    Vous avez vraiment su mettre en avant les compétences locales et l’adapter au territoire et à la prescription. Moi qui ne suis pas de Biarritz mais professionnel du sport santé, je vous tire mon chapeau.

    Benjamin Painset

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *